Dyspraxie - Parents et enfants
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Dyspraxie - Parents et enfants

Tous les parents d'enfants dyspraxiques sont invités à poser leurs questions, commentaires ou tout simplement parler de leurs enfants. Cette communauté se veut un échange entre parents, une manière de s'entraider et de s'informer.
 
AccueilGalerieDernières imagesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
SITRAM – Batterie de cuisine 15 pièces ...
Voir le deal
63 €

 

 Traitons les causes et non les symptômes

Aller en bas 
AuteurMessage
PatM




Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 27/09/2011

Traitons les causes et non les symptômes Empty
MessageSujet: Traitons les causes et non les symptômes   Traitons les causes et non les symptômes Icon_minitimeMer 28 Sep - 0:30

Bonjour !

Je viens de m'inscrire sur ce forum dans le principal but de partager mon expérience en tant que père d'un fils dyspraxique. J'habite au Québec, seule province francophone du Canada. Je suis un criminologue de profession et j'ai toujours eu un intérêt pour trouver les causes des phénomènes qui nous entourent. Je travaille en mileu carcéral à vocation psychiatrique.

Mon fils avait 3 ans lorsqu'on a diagnostiqué chez lui une dyspraxie sévère. Le langage et la coordination étaient sérieusement atteinte. L'écriture et le graphisme étaient des plus difficiles. À cinq ans, un déficit d'attention s'est rajouté comme problème...

Ce qui était tout aussi inquiétant dans le cas de mon fils, c'était la présence d'une panoplie de troubles de santé qui accompagnaient sa dyspraxie: Peu de sensibilité sur le corps, rhumes, grippes et infections au oreilles à répétition, problèmes intestinaux, maux de ventre, ballonements, teint de peau très pâle, peu d'énergie, anxiété élevée, allergies, etc. Bref, mon fils connaissait 2 à 3 bonnes journées par mois...

Mais ce qui me dérangeait le plus avec la situation était l'absence d'explication de la part des professionnels de la santé. PERSONNE n'était en mesure de m'expliquer POURQUOI autant d'enfants (dont le mien) souffraient, de nos jours, de différents troubles neurologiques. J'ai donc décidé de consacrer les 3 dernières années de ma vie à investiguer les causes du phénomène. JAMAIS aupravant je n'avais consacré autant d'énergie pour investiguer un problème. J'ai lu des miliers de pages de recherches et de bouqins récents sur la question entourant les troubles neurologiques. Étant parfaitement bilingue, j'ai pu prendre connaissance des ouvrages récents réalisés en Angleterre et aux États-Unis.

En Amérique, 1 enfant sur 10 souffre de déficit d'attention, 1 à 2 sur 25 souffre de dyspraxie, 1 sur 25 souffre de dyslexie et 1 sur 166 souffre d'autisme. Les statistiques que j'ai lues parlent d'elles-même... un enfant souffrant d'un trouble neurologique quelconque a 50% de probabilité de souffrir d'un ou plusieurs autres troubles. J'ai donc rapidement déduit que les causes étaient probablement communes.

Un des livres que j'ai lu fut rédigé par Jacqueline Stordy. Elle est une nutritionniste qui a consacré sa carrière à la question de la dyslexie. Son livre (anglais) s'intitule: Dyslexia, Dyspraxia & ADHD : LCP Solution. LCP signifie Long Chain Protein. Elle explique qu'une des causes s'avère une carence importante en OMEGA 3... ce gras essentiel que l'on retrouve essentiellement dans les poissons et les animaux sauvages (et non d'élevage). On en retrouve aussi dans certaines plantes comme le lin. Dans son livre, elle explique que beaucoup d'enfants souffrant de dyspraxie et de déficit d'attention ont cette carence. J'ai donc donné des Omega 3 à mon fils et les résultants ont été positivement percutants ! L'anxiété a diminué considérablement et le langage, sans s'avérer parfait, a débloqué.

Même si des progrès significatifs furent notés à partir de ce moment, la bataille n'était pas gagnée. Mon fils continuait à vivre des bonnes et des moins bonnes journées... ce phénomène est commun chez les enfants dyspraxiques.

Je me suis donc questionné... quelles variables pouvent affecter mon fils ? Ma maison ? L'air ambiant ? Les produits chimiques ? Les stress ? Un virus ? Après analyse j'ai conclu que la variable qui changeait le plus dans notre vie, d'une journée à l'autre, d'un moment à l'autre était... la nourriture.

Mes démarches m'ont mené vers une recherche splendide réalisée par le Dr Claudia Morris, Md. Cette recherche date de l'été 2009. Dr Morris est la pédiatre en chef de l'hôpital d'Oakland. Elle a recueilli des milliers de données sur des centaines d'enfants atteints de Dyspraxie (verbale ou autre apraxie). Plusieurs de ces enfants étaient également atteints d'autisme et autres troubles. Elle a conclu que ce trouble neurologique était en fait un syndrome particulier avec les caractéristiques communes suivantes: trouble digestifs, inflammation systémique, système immunitaire faible, allergies multiples, intolérances alimentaires multiples et stress d'oxidation cellulaire élevé. Les intolérances au GLUTEN et aux PRODUITS LAITIERS étaient précents chez pratiquement tous les enfants. Selon sa théorie, certains aliments comme le blé et le lait produisent de l'inflammation chez ces enfants et une destruction cellulaire prématurée en résulte... ce qui cause un trouble neurologique affectant le langage. Elle a conclu que tous ses patients répondent généralement bien à une supplémentation en OMEGA 3 et en antioxidants comme la VITAMINE ''E.''

Évidemment, j'en ai immédiatement parlé au pédiatre de mon fils qui s'est empressé de rejeter le tout du revers de la main. J'ai donc décidé de poursuivre mes démarches sans appui médical.

J'ai donc lu un nouveau livre: DIGESTIVE WELLNESS, rédigé par Élizabeth Lipzki. À lire pour tout ceux qui souffrent d'un problème digestif. Après ma lecture, j'ai décidé de rencontrer un naturopathe qui a aussitôt fait passer un test de sensibilité alimentaire à mon fils (pas allergie). Un test de sensibilité permet de déceler si le système immunitaire réagit à certains aliments. Le marqueur utilisé porte le nom IgG. Comme je m'y attendais, des aliments ont été identifiés: SESAME, OEUFS, NOIX de GRENOBLE. En éliminant ces aliments de la diète de mon fils, son fonctionnement s'est une fois de plus amélioré. Il était capable de me donner l'équivalent de 10 à 12 bonnes journées par mois.

Content, mais pas entiètrement satisfait, j'ai donc continué mes démarches en achetant un livre s'intitulant ULTRAMIND SOLUTION. Cet ouvrage fut rédigé par le Dr Mark Hyman Md. Il est un médecin de famille qui pratique selon une approche appelé MÉDECINE FONCTIONNELLE. Cette approche cible les causes d'un phénomène et ne vise pas à traiter les symptômes d'une maladie. L'approche n'a rien d'ésotérique et se veut basée sur la nutrition et la génétique individuelle des gens. Le livre explique les aspects qui doivent être balancés chez tout être humain: améliorationde la nutrition, optimisation du système hormonal, réduction de l'inflammation systémique, réduction du stress d'oxidation, détoxification du corps, vérification de la présence de pathogènes, etc. Selon l'approche, si on guérit le corps, la tête se guérira... toutes les parties du corps forment un tout... Cette approche rappelle ce qui s'est pratiqué en Asie des millénaires durant. D'ailleurs ce médecin a une formation américaine et asiatique. En faisant le programme qui se retrouve en fin de livre, mon fils a fait des progrès inespéré. Malheureusement certains choses mentionnées dans le livre pouvait difficilement se faire à la maison, sans aide extérieure (culture fécale, test d'urine, etc.)

J'ai donc pris la meilleure décision de ma vie en me présentant à la clinique de ce médecin. Elle est au Massachussetts, à 6 heures de chez mois. Après une batterie de tests, Dr Boham, médecin associé du Dr Hyman, a fait les découvertes suivants:

- présence de parasites, bactéries et pathogènes indésirables dans le corps de mon fils (qui génèrent une inflammation systémique dommageable sur le plan digestif et cellulaire)
- présence d'un champignon intestinal (mauvaise digestion et inflammation accrue)
- Intolérance au produits laitiers (inflammation et maux de ventre)
- Intolérance au Gluten (trouble digestif et inflammation)
- Autres intolérances alimentaires (inflammation)
- résultats vitaminiques et minéralogiques sous les normes (mauvaise absorbtion intestinale)
- Excès de mercure dans le corps (toxicité accrue, perturbation du système neuro)

Les pathogènes furent éliminés un à un. Le champignon aussi. Le mercure est en réduction lente. En 6 mois de suivi avec cette équipe médicale, mon fils a fait plus de progrès qu'en 6 ans de suivi avec son pédiatre de naissance...

C'est sûr que notre vie a changé... toute l'alimentation de la famille fut modifié... J'ai été sérieusement sensibilisé sur la nécessité de bien mangé. Nous ne mangeons presque plus rien de transformé. Pas d'additifs, pas de colorants, pas de glucose ou fructose, pas de gras trans, pas d'agent de conservation. On mange quoi ? Des fruits, des légumes, de la bonne viande, des jus fraichement pressé, des céréales entières ! Bref, mon fils et moi mangeons comme les êtres humains ont mangé ces derniers 50000 ans... excluant ces deniers 70 ans ! En accompagnant mon fils dans son nouveau régime alimentaire, j'ai perdu 65 livres et j'ai retrouvé ma forme de mes 20 ans. L'expérience mérite d'être tentée. Je m'étais engagé pour 6 semaines et cela maintenant 1 an que je mange de la sorte.

Aujourd'hui, mon fils est sur la voie de la guérison. Il n'attrape plus de rhume. Il n'a plus d'ottite. Il n'a plus mal au ventre. Il a plus d'énergie. Lorsqu'il parle, tout le monde le comprend. Sa sensibilité tactile est revenue. Sa coordination est bien présente. Son attention est revenue.

Son développement et ses capacités frôlent la normalité. Il pédale à deux roues depuis quelques semaines (début à six ans). À l'école, sa moyenne se situe entre 85% et 90%. Il nous donne maintenant 1 à 2 mauvaise journée(s) par mois... et ces mauvaises journées correspondent maintenant au meilleures d'autrefois. Ces journées s'expliquent essentiellement par l'introduction de nouveaux aliments auxquels il réagit.

Mais je demeure que sa santé ne tient qu'à un fil... Il est entouré de nourriture qu'il ne peut tolérer. Sa diète est stricte, mais excellente pour la santé. Il doit prendre des enzymes digestifs, car son corps ne sécrètes pas les enzymes requis. Il nécessite aussi des suppléments vitaminiques et de l'omega 3. Par contre, avec tous ces ajustements, il fonctionne franchement bien et ce, sans produit pharmacologique.

Mais le plus intéressant dans cette approche, c'est qu'elle rend possible la réversibilité des maladies pourtant jugée chroniques incurables. Dr Hyman explique d'ailleurs très dans son livre comment il fait pour freiner ou renverser des maladies dégénératives comme l'Alzheimer ou le Parkinson.

Mon expérience peut vous paraître invraisemblable, mais il n'en est rien. Je n'ai rien à vendre, mais j'ai tout à partager. Je crois avoir un vécu particulier en rapport avec les troubles neurologiques et je tiens à vous le transmettre.

Lorsque j'ai pris ma décision d'entamer mes démarches afin d'aider mon fils, je m'étais juré que s'il guérissait, je me ferais un devoir de partager mon histoire avec vous...


Patrick, papa d'un fils de 7 ans.






Revenir en haut Aller en bas
 
Traitons les causes et non les symptômes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dyspraxie - Parents et enfants :: Bienvenue ! :: Message de bienvenue-
Sauter vers: